Vous vous demandez comment rédiger un article de blog inspi­rant ? Ce que vous désirez le plus : répondre aux attentes de votre audience, n’est-ce-pas ? Dans cet article, je vais vous partager les 4 critères essen­tiels pour scotcher vos lecteurs et les rendre accros à vos parutions. Allons‑y ! Cet article est une parti­ci­pa­tion à l’évé­ne­ment “Comment créer un contenu qui inspire votre audience ?” du blog blogueur pro d’Olivier Roland

Qu’est-ce qu’un bon contenu pour un blog ? 

Bill Gates a dit : ” Le contenu est roi”. Quel précur­seur ! La majorité des blogueurs débutants pensent qu’écrire un article de blog se rédige comme un long texte. Grossière erreur ! Une parution pour Google doit répondre à plusieurs critères. 

Les bases

Larry Page et Sergei Brin, les créateurs de Google, nous permettent de nous positionner sur la première page de la SERP (page de résul­tats de Google), mais à certaines condi­tions. Nous devons pour cela écrire des articles propres. Alors, me direz-​vous, c’est quoi, un article propre ? La réponse est simple : il s’agit d’une parution qui répond à certains critères de mise en forme. 

  • balisage HTML (segmen­ta­tion des paragraphes) ;
  • mots-​clés ;
  • champ séman­tique ;
  • optimi­sa­tion ;
  • typogra­phie impeccable ;
  • français irrépro­chable.

Les difficultés d’écriture 

Deux choses rendent l’exercice périlleux : connaître les attentes de vos lecteurs et répondre de manière complète et à la fois concise. Il s’agit de faire des recherches appro­fon­dies pour apporter le maximum de valeur ajoutée. Le contenu qui inspire est celui qui, non seule­ment, répond à l’attente du lecteur, mais aussi qui l’ouvre à d’autres perspec­tives. Votre texte doit l’amener à se poser des questions auxquelles il n’aurait peut-​être pensé. 

L’importance de l’introduction en rédaction web

Très souvent, Google s’en sert pour la métades­crip­tion (résumé du contenu de la page qui apparait juste sous le lien de la page). Vous devez alors y intro­duire les 5 W et les 2 H. Et là, vous vous dites “mais elle parle de quoi ? Pas de panique, je vous explique. Ce sont des acronymes pour vous aider à bien vous positionner. Il n’est pas néces­saire de les mettre tous, 2 ou 3 suffiront.

  1. What pour Quoi 
  2. Where pour Où
  3. Who pour Qui
  4. Why pour Pourquoi
  5. When pour Quand
  6. How pour Comment 
  7. How much pour Combien

Psychologie et écriture

Vous devez vous dire que tout ceci contient beaucoup de psycho­logie. C’est vrai et nous ne sommes pas tous prédis­posés à ce genre d’exercice. Pas de panique ! Un homme va venir à notre aide : Maslow. Il a mis au point la pyramide éponyme. Il a classé les besoins de l’humain selon un ordre évolutif. 

La voici, tada !

Grâce à cet outil, nous pouvons mieux anticiper les besoins et les peurs des lecteurs. Nous n’en avons pas toujours conscience, mais ces catégo­ries sont le propre de l’être humain. Elles nous indiquent donc comment appré­hender les désidé­ratas de nos prospects.

Pourquoi créer un bon contenu ? 

Amener de nouvelles personnes à lire notre blog

Le but du blogueur est bien d’augmenter le nombre de ses prospects, n’est-ce-pas ? Ainsi, la seule façon d’attirer du trafic, c’est de rédiger des articles de qualité. Les nouvelles se propagent vite. Et, vous le savez tous, le bouche-​à-​oreille virtuel est très rapide et très efficace. Un blog avec du contenu concret, qui comporte des infor­ma­tions fiables, bien aéré et qui, en plus, se lit facile­ment est certain de s’attirer un trafic de valeur.

Fidéliser les anciens lecteurs 

On est d’accord que la dernière chose que vous voudriez, c’est décevoir vos tout premiers lecteurs. Ceux qui étaient présents à vos débuts et qui vous ont donné l’envie de conti­nuer quand vous vous sentiez un peu décou­ragé par le peu d’abonnés. Ils sont presque comme des potes et vous leur devez beaucoup. Alors, faites-​leur un clin d’œil de temps en temps, simple­ment en les remer­ciant. Ça fait toujours plaisir.

Faire parler de nous sur les réseaux sociaux

Rédiger un bon texte vous appor­tera des likes et des partages sur les réseaux sociaux. Il s’agit de ne pas négliger cet aspect. Ils font partie intégrante de nos vies depuis déjà plusieurs années. 

Les astuces pour créer un contenu topissime 

Le copywriting

Quézako ?

Le copywri­ting, c’est l’art de produire du contenu qui amènent les personnes à passer à l’action.

Ses 4 qualités :

  • conci­sion ;
  • convic­tion ;
  • percu­tion ;
  • force de frappe.

Vous l’aurez compris, c’est une façon d’écrire issue du monde de la publi­cité. Les slogans qui nous envahissent en sont les meilleurs exemples. Pour rendre un texte percu­tant, le copywri­ting est le Graal. Il se sert de mots impac­tants. Je vous donne un exemple pour votre bonus : 

Ne dites pas : “Je vous offre un livre de recettes” 

→ Mais plutôt : “En cadeau, mes recettes excel­len­tis­simes pour épater vos amis”

Le titre copywrité

Vous le savez, le titre idéal comporte 3 facteurs : satis­faire l’intention de recherche, être percu­tant et susciter la curio­sité pour que le lecteur clique dessus.

Pour un titre qui accroche et qui donnera une envie irrépres­sible de lire la suite, rédigez-​le en exposant un bénéfice.

Je vous donne un exemple :

“Comment cuisiner un plat somptueux, même si vous êtes fauché”

Dans cet exemple, on lève un blocage, celui de l’argent.

Vous l’aurez compris, le propre du copywri­ting, c’est de balayer les entraves : temps, argent, connais­sance, etc.

Utilisez les formules magiques
  • Classique : Comment… ?
  • Notion de temps :… Quand on manque de temps /​en x heures jours mois
  • Affectif : Les… que vos enfants/​amis vont adorer 
  • Lever les freins psycho­lo­giques : Comment… sans… même si… 
  • Danger : Attention, voici ce qu’il ne faut pas faire
  • Nombre + action + moyen : 18 techniques éprou­vées pour augmenter sa mémoire rapidement
  • Erreur : 6 erreurs commises par la plupart des gens
  • 10 secrets pour atteindre…

Vous l’aurez compris, il faut jouer sur l’émotion !

L’article en lui-même

Pour faire plonger le lecteur dans l’article, n’écrivez pas des pavés. La première chose que fait votre visiteur, c’est faire défiler l’article.Ne faites pas de paragraphes de plus de 5 ou 6 lignes. Utilisez une police confor­table adaptée à la lecture sur mobile.Ne polluez pas le visuel avec un arrière-​plan coloré.

Connaître sa cible 

Vous voulez attirer du trafic sur votre blog, conserver les lecteurs le plus longtemps possible sur la page ? Et surtout, fidéliser votre audience en leur trans­met­tant les infor­ma­tions dont ils ont besoin, celles que vous auriez tant voulu avoir lorsque vous débutiez. Pour ça, il n’y a pas 36 solutions. Juste 4 !

Comprendre les besoins de votre prospect

Ne soyez pas généra­liste ! Définissez votre persona dans ses moindres détails en étant le plus spéci­fique possible. Posez-​vous ces questions : 

  • Quel est son problème ?
  • À quels obstacles fait-​il face ?
  • Quel résultat final veut-​il obtenir ?
  • Quels risques a‑t-​il peur de prendre ?
  • Quelles frustra­tions cela engendre-t-il ?

Que souhaite lire l’internaute qui visite votre blog ?

Tout d’abord, le prospect doit se recon­naître dans vos écrits. Vous ne devez écrire que pour lui et rien que pour lui. Faites donc en sorte de vous adresser à cette personne en parti­cu­lier. Faites un petit exercice d’empathie en tentant de définir quelle infor­ma­tion il désire obtenir. Que veut-​il finalement ? 

  • Une astuce ?
  • Une infor­ma­tion ?
  • Une idée ?
  • Une inspi­ra­tion ?

Définir les obstacles de votre prospect

Si l’internaute clique sur votre lien, c’est qu’il pense obtenir la réponse à ses question­ne­ments. C’est à cet instant précis que vous détenez les clés qui le feront rester sur votre page. Oui, mais comment s’y prendre ?

Tout d’abord, essayez d’imaginer son quoti­dien, ses problèmes, ses désirs, ses frustra­tions et l’urgence pour lui de régler ce problème. Ensuite, demandez-​vous ce qu’en dit son entou­rage, se sent-​il jugé ? Le problème peut-​il être résolu rapide­ment ? Quelles sont les étapes néces­saires pour parvenir au résultat final ? 

Dire à vos lecteurs que vous détenez la solution

Si vous avez créé un blog, c’est bien pour informer et/​ou aider vos prospects. En partant de ce principe, vous détenez inévi­ta­ble­ment la solution. C’est ce que vous devez dire à vos lecteurs. Bien sûr, soyez honnête. Vous pouvez aussi leur partager vos expériences person­nelles, vos échecs et déboires sans trop entrer dans le détail de votre vie. Ils s’y recon­naî­tront peut-​être. Et, qui sait s’il ne se retrou­vera pas en vous ? Ça vous rendra plus humain et plus proches de vos lecteurs. 

Le storytelling

Définition

Cet angli­cisme signifie “Narration”. Le story­tel­ling, c’est donc l’art de raconter une histoire et de susciter l’attention du lecteur. Il est utilisé surtout en marke­ting et en commu­ni­ca­tion. Le récit conduit à plus de proxi­mité avec sa cible. Il lui offre de la valeur ajoutée.

Comment ça fonctionne ? 

Le fait de raconter une histoire réveille nos émotions. Ça permet au lecteur de mieux s’identifier à nous, et par exten­sion, aux services que nous propo­sons. Il a alors un senti­ment d’appartenance à un groupe et ne se sent plus seul face à ses problèmes. C’est l’un des meilleurs moyens de fidéliser votre audience. 

Les bases du storytelling

Dans un premier temps, il est indis­pen­sable de trouver la bonne histoire à raconter. Ensuite, plantez le décor en préci­sant où et quand se déroule l’histoire. Prenez le temps de bien décrire vos person­nages et le contexte dans lequel il se déroule. La finalité est de créer dans l’esprit de votre prospect un ancrage qui l’aidera à se souvenir de vous. 

À retenir : Créer un continu qui inspire demande du travail, mais en suivant des forma­tions, des tutos sur YouTube ou en s’inspirant d’articles bien rédigés, on est sûr de plaire à nos lecteurs et à Google par la même occasion. 

Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager :)

Laisser un commentaire